Que veut encore dire Communication interne en 2022 ?

#Communication interne#Corporate & Marketing

Charles de Beauvoir, CEO

< RETOUR
Que veut encore dire Communication interne en 2022 ?
« Communication interne… un terme qui paraissait presque un peu désuet et qui n’a aujourd’hui presque plus de sens. En tout cas, plus celui qu’on lui donnait, il y a encore quelques mois. »

Que veut encore dire Communication interne en 2022 ?

Communication interne… un terme qui paraissait presque un peu désuet et qui n’a aujourd’hui presque plus de sens. En tout cas, plus celui qu’on lui donnait, il y a encore quelques mois.

Que veut encore dire interne aujourd’hui ? Interne à quoi ? À un immeuble de bureau ? une organisation ? ou encore à une communauté ?

La marque employeur à l’épreuve du réel

D’une génération baby-boomer, à la recherche d’une carrière dans les majors à une Gen Z. En quête de sens et d’accomplissement personnel, les entreprises ont perdu le pouvoir. Elles doivent convaincre les talents qu’ils ont de bonnes raisons de s’attacher au bon vieux CDI. Seul lien pérenne entre les entreprises et leurs forces vives, autorisé par le droit du travail français.

C’est de là qu’est née la marque employeur. Se faire belle, être désirable pour des publics qui affichent de plus en plus clairement leur indépendance voire leur défiance à l’égard des marques. Devenir l’employeur du mois serait-il la condition pour attirer les meilleurs ?

Il nous semble qu’aussitôt née (ou presque), la notion de marque employeur est déjà bientôt obsolète. Car derrière le terme de marque employeur, beaucoup voient la construction artificielle d’une image attractive.

Le Covid est passé par là, accélérant ou amplifiant une dynamique immuable et derrière ces apparats de façade, aussi bien conçus soient-ils, les faits et les actions sont les seuls juges de paix.

En 2022, un employeur désirable est une entreprise qui aligne ses engagements à ses actes, qui « rencontre » ses futurs talents sur des croyances et des actions concrètes. La quête de sens et le besoin d’être utile sont aujourd’hui les principaux ingrédients de cette alchimie, et c’est une bonne nouvelle.

La culture d’entreprise à géographie variable, la com interne à l’épreuve de l’éthique

Entre 2020 et 2024, des dizaines de milliers de mètres carrés ont été ou vont être « optimisées » par les entreprises. De confinements en nouvelles vagues, le télétravail est devenu au minimum une possibilité, au plus une obligation. Pendant que les GAFAM expliquent au monde qu’il n’y a plus de bureau, plus de frontière, que des grandes entreprises comme Publicis, accordent le droit à leurs salariés de travailler une partie de l’année où ils veulent dans le monde. Il est forcément temps de se poser la question de la culture d’entreprise.

Qu’on le veuille ou non, la « distanciation salariale » va de pair avec le besoin de se rapprocher d’une manière ou d’une autre. De ne pas perdre le lien car non, le monde entier ne souhaite pas travailler de sa chambre sans partager quoi que ce soit avec sa communauté professionnelle. Si on s’engage dans une entreprise parce qu’on partage avec elle le sens et l’action, il est donc important de ne pas perdre le fil en cours de route.

Oui mais voilà… une fois les collaborateurs installés (au moins en partie) dans leurs sphères personnelles pour travailler, la « communication interne » entre en concurrence avec… Instagram, TikTok et autres géants qui captent notre attention à grand renfort de milliards. Les budgets de communication interne auront du mal à lutter… il faut donc tout repenser ! Comment gérer la frontière entre travail et famille alors qu’elle n’existe plus, faut-il assumer l’intrusion dans la sphère personnelle ?

Nous pensons que oui, il faut l’assumer et redessiner les contours de la relation entre l’entreprise et ses collaborateurs. Les points de contact ne peuvent plus être les mêmes, la nature de la relation ne peut plus être la même. Quitte à s’inviter chez eux, autant en profiter pour leur être utile… au-delà du bureau.

L’idée d’utilité des employeurs vis-à-vis de leurs collaborateurs devient un enjeu majeur. Pour répondre à cet enjeu, les entreprises doivent y faire face aujourd’hui en préservant la santé mentale de leurs salariés. Être utile, c’est aussi « prendre soin » de soin. En effet, le télétravail a provoqué un boom des dépressions. Justement à cause de la disparition partielle de la frontière perso/boulot. On ne peut ignorer cet isolement.

C’est cet enjeu éthique que nous devons résoudre avec nos clients. Pour que les liens qui unissent les uns et les autres se trouvent renforcés par cette nouvelle donne en se fondant sur une expérience renouvelée et une confiance partagée.

Charles de Beauvoir, CEO